permaculture-jardin

Permaculture jardin

Dans cet article nous avons listé des informations qui vous seront fortement utiles pour débuter en permaculture. Vous allez comprendre la provenance de ce concept permettant de créer des écosystèmes. Les principaux principes de la permaculture, les avantages, le fonctionnement, la tradition. Vous allez apprendre à considérer la biodiversité pour l’aménagement de votre jardin. Vous allez pouvoir commencer votre jardin en permaculture dans de bonnes conditions grâce à nos conseils.

 

La permaculture ?

jardin-permauclture

 

Qu’est ce que c’est la permaculture ? Les origines de la permaculture proviennent d’Australie dans les années 70. Les concepteurs de ce principe sont David Lundgren et Bill Mollison. Ces deux personnes ont élaboré ce concept pendant la crise énergétique et pétrolière qui a eu lieu dans les années 1970. Le résultat de leur travail a été écrit dans un ouvrage qui s’appelle « permaculture one ». Dans ce livre on peut lire le concept de base qui est de s’inspirer de la nature comme modèle, mais aussi d’apporter à ce concept un caractère le plus inclusif possible. Il faut savoir que ce principe touche tous les pans et champs d’application que fait une société. Alors qu’est ce que la permaculture ?

Tout d’abord la permaculture est un objectif qui a pour but que les humaines puissent vivre durablement sur cette planète. Comment remplir cet objectif ? Comment faire en sorte que les humains puissent vivre durablement sur cette planète ? Et bien la réponse à cette question est que les humains doivent concevoir des systèmes qui sont non seulement durables, mais aussi efficaces. Des systèmes nourriciers, des systèmes sociaux, des systèmes urbains, etc. Cette conception se concrétise grâce à une méthodologie qu’on appelle le design de permaculture ou le design.

Alors pour qui et pourquoi et la permaculture ? La matéologie pour obtenir ces systèmes efficaces et durables peut être appliquée à de nombreuses échelles. Sur un balcon ou dans le jardin, une ferme, dans une rue, un quartier, une ville, une région, etc. D’ailleurs l’une des applications de la méthodologie de la permaculture au niveau de la ville se trouve être le concept des villes en transition. Vous pourrez trouver plus d’informations à ce sujet sur le web. Les applications peuvent également se faire à de nombreux secteurs. Notamment l’agriculture qui est au centre de nos préoccupations de nos jours. On a besoin d’assurer notre sécurité alimentaire pour manger de manière saine pour rester en bonne santé. L’agriculture est le premier secteur, mais la vie personnelle, associative, l’économie, les finances et la construction sont des secteurs aussi concernés par le design de permaculture.

Certaines personnes se demandent quel est l’intérêt de réaliser un design en permaculture pour soi-même ? Cela va vous permettre de mettre en place un lieu, un environnement qui va combler la majorité de vos besoins tout en favorisant la vie sous toutes ses formes. Aujourd’hui on évoque souvent l’impact destructeur de l’homme, mais il faut savoir qu’avec la permaculture l’impact de l’homme peut devenir régénérant. Cela reste positif même si on prélève un besoin dans un environnement. Alors le résultat pour une personne c’est plus d’autonomie puisque vous allez moins dépendre de système que vous ne cautionnez plus ou que vous ne voulez plus soutenir. Ce sera également un meilleur bien-être, car vous allez produire de la nourriture saine. Vous allez vivre dans un environnement abondant, luxuriant et esthétique. La permaculture influence sur le bien-être et cela offre également plus de liberté. Plus on tend vers l’autonomie moins on est dans une situation de dépendance.

Est-ce facile de commencer la permaculture ? Enfaite il suffit de suivre pas à pas la méthodologie de design qui a &été instauré par les fondateurs et peaufiner par la suite. Il y a de nombreuses ressources qui vous aideront à réaliser toutes les étapes de votre projet. Quels sont vos besoins ? Il vous suffit juste de connaitre et comprendre les éthiques de permaculture. Ces derniers sont le cœur du concept. Vous avez besoin de connaitre les principes de permaculture qui sont les grandes lois universelles du fonctionnement de la nature. Vous avez également besoin de connaitre votre contexte qui caractérise votre lieu, votre situation, votre environnement et votre projet. Nous avons listé toutes les informations nécessaires ci-dessous pour que vous puissiez mettre en place des stratégies, techniques et outils qui vont vous permettre de concrétiser ce projet de manière durable et efficace. Vous allez pouvoir créer cet environnement dans lequel vous allez prélever vos besoins tout en favorisant la nature sous toutes ses formes.

Au cœur de ce projet, on trouve les éthiques universelles qui sont les valeurs philosophiques du projet. Ensuite il y a les principes de permaculture qui eux aussi sont universels. C’est-à-dire qu’ils sont applicables partout. Ils sont en faites les grandes lois universelles inspirées de la nature. C’est un cadre de pensée dans lequel on trouve les grands principes d’action. Pour terminer, nous évoquerons les stratégies et techniques qui sont adaptés aux conditions locales, à vos objectifs. Les techniques qui sont positionnés dans le temps. Bien sur votre contexte à une grande importance dans cette conception. Votre environnement est lié à vos objectifs de projet et il est forcément unique.

livre-permaculture

 


 

Les éthiques

éthique-permaculture

 

Les éthiques sont universelles. Ce qu’il faut comprendre c’est que les éthiques sont des mécanismes issus d’une évolution culturelle qui vont tempérer les égoïsmes instinctifs. Ils vont permettre de mieux comprendre les conséquences bonnes ou mauvaises de nos actes. Plus l’humanité aura de pouvoir plus l’éthique sera primordiale pour assure notre survie biologique et culturelle à long terme. Elles vont permettre par incidence que vos projets soient durables.

Les éthiques de la permaculture ont été inspirées sur la base de travaux de recherche de différentes communautés. Elles sont issues des leçons de peuples qui ont réussi à vivre en harmonie avec leur environnement. 3 éthiques ressortent des travaux des fondateurs :
- Être attentif à l’humain
- Être attentif à la terre
- Redistribuer les surplus

Ce sont des éthiques qui paraissent simples de base, mais elles sont compliquées à mettre en œuvre à de multiples échelles. Le fait d’être attentif vous place tout d’abord en situation d’observation avant d’agir. C’est d’ailleurs une étape primordiale. Dans de nombreux ouvrages de permaculture on remarque l’expression « prendre soin ». Cette suggestion nécessite une intervention de l’homme. Heureusement la nature n’a pas besoin de nous pour assurer son devenir. Donc c’est surtout le fait d’être attentif à son positionnement en tant qu’humain sur cette planète. Il faut tout d’abord observer avant d’être acteur.

Nous faisons partie d’un tout. Notre perception du monde est façonnée par de nombreux conditionnements qui sont issus de l’école, de l’éducation, de la culture, etc. Par exemple la chaine alimentaire qui est toujours représentée par une pyramide. On aurait pu penser les choses différemment, car la représentation pyramidale inclut des notions de supériorité. Alors que les niveaux devraient être interconnectés pour comprendre que tout est lié et que tout fait partie d’un cycle.

La terre est vivante. Chaque fleuve, rivière, foret représente les poumons de cet être qui nous héberge. Donc il faut être attentif à tout ce qui est sur cette planète. Ce qui est visible (l’eau, le sol, les ressources fossiles, etc.), mais aussi l’invisible qui est l’atmosphère et les micro-organismes. L’urgence aujourd’hui est de repenser nos modes de consommations, car ils font des ravages en termes d’impact écologique. Il est tout à fait possible de vivre heureux sur cette terre en ayant un impact positif.

Ce qui est très important c’est aussi la place de la nature sauvage. Plus on va être capable de concevoir des systèmes durables, mais surtout efficaces plus on va pouvoir laisser de place à cette nature sauvage. Aujourd’hui en Europe il n’y a plus aucun endroit qui n’a pas subi la main de l’homme. Donc la nature a besoin de retrouver cette place. L’agriculture biologique naturel, le jardinage naturel, la gestion écologique de l’eau, la réflexion sur ces façons d’acheter, se transporter sont autant de points sur lequel se focalise la permaculture.

L’éthique d’attention à l’humain représente le besoin de coopération pour amener le changement. Cela commence par soi même et cela s’étend ensuite à notre famille, nos amis, le village, la région, etc. Le défi à relever est celui de l’autonomie et de la responsabilité individuelle. On ne peut pas s’occuper correctement des autres si on n’a pas d’abord fait le travail sur soi-même. Dans cette éthique on va prendre chaque besoin humain et on va essayer de les inclure dans une démarche de soutenabilité. La permaculture s’intéresse aux constructions saines pour se loger, se nourrir et on va également s’intéresser à se soigner de manière durable. On essaye aussi de sociabiliser et de prendre soin de soi. On s’intéresse aux relations avec les autres. Au départ on s’occupe de soi même et ensuite on s’intéresse à son rapport avec les autres par le biais de communication non violente et de modes de gouvernance novateurs. On va aussi tenter de toujours voir le côté positif des opportunités.

La dernière éthique consiste à redistribuer le surplus. C’est le fait de prendre ce qui correspond à son juste besoin et partager le reste. Par exemple les surplus de fruits gaspiller, de terres agricoles non utilisées, de logement vides peuvent être valorisés. Il est évident qu’au-delà d’un certain niveau de confort on ne gagne pas en bonheur en consommant plus. Il est donc nécessaire de se concentrer sur les efforts de sobriété que l’on peut réaliser. Vous pouvez réaliser vos rêves et vos envies tout en agissant différemment. Il faut éviter les dépenses inutiles qui ont un impact sur l’environnement.

 


 

Principe de la permaculture

principe-de-la-permaculture

 

Les principes sont universels, ils peuvent être appliqués partout. Les deux cofondateurs de la permaculture ont déposé chacun leurs principes. Bill Mollison dans Introduction à la permaculture et David Holmgren dans la Permaculture : Principes et piste d’action pour un mode de vie soutenable. En faite ces principes ils permettent que vos projets soient efficaces et résilients. Pourquoi ? Tous simplement parce que ce sont des lois universelles issues de limitation de la nature. N’oubliez jamais que la nature est notre meilleur professeur.

 

Principes Basiques:

Le premier principe c’est observer et interagir. C’est-à-dire que chaque permaculteur doit avant tout être un observateur et ensuite interagir avec son milieu. On n’est pas là pour faire sans conscience ni sans connaitre. Avant tout on doit être un naturaliste, connaitre le fonctionnement de la nature pour mieux travailler avec elle.
Collecter et stocker l’énergie. Nous sommes en tant que permaculteur des gestionnaires d’énergie. L’énergie solaire, utilisation de la gravité, la photosynthèse et les végétaux pour concevoir les systèmes durables que l’on veut créer. Collecter et stocker l’énergie est un principe essentiel dans nos actions.
Obtenir une récolte est une priorité, car on ne peut pas travailler le ventre vide. C’est relativement simple d’obtenir une récolte, notamment avec les plantes sauvages. Ou avec quelques pommes de terre ou animaux (poule, chèvre, etc.)
Utiliser les servies et les ressources renouvelables et biologiques est notre priorité avant d’utiliser des ressources fossiles ou minérales. On va chercher à utiliser au maximum les services de la nature. Par exemple les coccinelles qui sont utiles pour manger les pucerons qui viennent dans le jardin.
Ne pas produire de déchets est également une priorité pour les permaculteurs. Tout déchet est une ressource qui est inexploitée. On peut créer une nouvelle valeur ajoutée grâce à ce que l’on produit. Par exemple le compost qui est issu de nos déchets, mais qui va pouvoir amener de la fertilité sur nos lieux.
Privilégier les petits systèmes intensifs et les solutions lentes. Un petit système va être beaucoup plus productif qu’un système trop étendu que vous ne contrôlerez pas. Un petit système pourra être optimisé. C’est la même chose pour les solutions lentes.
Utiliser et valoriser la diversité. Évidemment la biodiversité est un but, mais c’est aussi un outil pour concevoir des systèmes durables. On va utiliser un maximum de diversité dans l’ensemble de nos actions.
Utiliser et valoriser l’effet de bordure. C’est la zone d’interface entre deux écosystèmes. Cette zone d’interface entre deux environnements est extrêmement productive. Donc on va favoriser un maximum cet effet dans nos lieux de créations. L’utiliser le mieux possible.
Dans la permaculture vous allez tenter de créer des écosystèmes qui vont s’autosuffire eux-mêmes. C’est-à-dire que vous n’aurez pas besoin d’apporter votre travail. C’est le but idéal, mais vos sites auront quand même besoin de maintenance et de visites. En appliquant ce système, on va quand même tenter d’avoir le moins de travail possible. C’est par le design que vous obtiendrez cet effet.

 

Principes Philosophiques:

Le premier est d’intégrer plutôt que de séparer en intégrant. On a plus de valeur en sortie de notre système plutôt qu’en séparant les choses. De nouvelles créations surgissent de l’intégration plutôt que de la séparation.
Le problème et la solution. Il n’y a pas de problèmes dans la nature, il n’y a que des situations qui évoluent. Le problème c’est la solution, c’est la façon de penser en permaculture.
Accepter les limites et réagir de manière créative. Par exemple l’apparition de limace signifie que le sol et l’environnement sont perturbés. L’apparition d’éléments naturels nous apprend des choses. Il faut accepter les feedbacks et réagir de la meilleure manière. Il faut transformer le problème en solution.
Travailler avec la nature et non contre elle. C’est un des grands principes de la permaculture. C’est se mettre dans le sens de la nature. La comprendre (voir son fonctionnement) pour ensuite pouvoir l’accompagner. Il faut plutôt faciliter les choses que de lutter. Il faut seulement dépenser de l’énergie pour atteindre ses objectifs.
Faire de petites actions pour de grands changements. Par exemple au lieu de retourner un sol avant de commencer à cultiver, on place une couche de carton un petit peu de terre et un paillis pour éviter des grandes dépenses énergétiques pour se lancer. Ce principe peut être reproduit pour de nombreux exemples.

 

Principes liés au Design

Pour concevoir ces systèmes durables on par du global pour arriver au détail. D’abord on design l’ensemble du jardin ou l’ensemble de notre propriété et ensuite on exploite zone par zone.
Une fonction est remplie par plusieurs éléments. Par exemple la production de nourriture qui peut être remplie par les plantes vivaces, par les arbres, par les fleurs, etc. À chaque fois que l’on a une fonction à remplir, on fait en sorte qu’elle soit remplie par plusieurs éléments. On fait aussi en sorte que ces éléments remplissent d’autres fonctions. Comme ça ont créé des systèmes résilients, qui sont résistants aux chocs et aux changements. C’est très important en permaculture.
Conserver l’énergie c’est la faire recycler, faire circuler et l’optimiser. L’idée est de conserver l’énergie pour ensuite la recycler, la faire circuler et l’optimiser dans notre système. Que ce soit pour la construction, la production végétale, etc.
La succession écologique c’est vraiment quelque chose avec lequel on travail. C’est-à-dire l’évolution d’un lieu dans le temps avec les différents stades qui vont se succéder. On doit savoir ce qui va se passer dans le futur, ce qui s’est passer dans le passer. Comme ça cela nous permet de travailler dans le sens de la nature.
Chaque élément est placé selon ses relations avec les autres. Cette notion est le cœur du design en permaculture. À chaque fois que l’on place un élément, on va le placer de sorte qu’il soit économe en énergie et en déplacement. Qu’il soit de manière à être le plus efficient possible, le plus efficace possible. Le placé également de façon à ce qu’il soit le plus productif.
Planifier l’efficacité énergétique rejoint un petit peu le principe précédent. Il va falloir capter les flux pour les exploités. Par exemple exploiter une pente pour obtenir plus d’efficacité énergétique en contrôlant le flux d’eau et le flux solaire.
Commencez au pas de votre porte est également la base de la permaculture. Vous pouvez commencer des la sortie de votre maison. Choisissez l’endroit que vous fréquentez le plus, car c’est ici que vous serez le plus efficace.
Commencez petit et une fois que vous contrôlez votre environnement vous l’étendez. C’est valable pour le jardin, car commencer trop grand peut devenir assez désespérant pour certaines personnes. Donc, commencez par une petite zone pour vous entrainer et étendez-la par la suite. Cela va vous permettre de progresser tranquillement sans frustration. C'est valable à de multiples échelles et secteur. C'est d'ailleurs la force du design en permaculture.

 


 

Votre contexte

contexte-permauclture

 

Votre contexte est constitué de 3 sous contexte : le contexte de votre lieu, le contexte réglementaire et le contexte humain.

Il est vraiment très important de prendre sous toutes les coutures votre lieu. Que ce soit le sol, le climat qui diffère d’un terrain à l’autre, votre végétation, votre faune, vos ressources disponibles à l’état naturel, vos problématiques qui sont vos facteurs limitants (pollution, vent, gel, etc.) Il y a vraiment de nombreux contextes à prendre en compte dans votre lieu. Ce qu’il faut comprendre c’est que votre contexte est unique. Vous allez mettre en place une permaculture unique sur votre terrain. Elle sera adaptée à votre projet.

Le contexte réglementaire est souvent oublié. Vous avez des droits, mais aussi des devoirs. Il y a des lois, règlements et obligations administratives concernant ce que vous faites sur votre lieu. Votre projet peut être un contexte plus ou moins contraignant. En faite c’est selon ce que vous voulez faire.

Le contexte humain est le plus important. L’implication des parties prenantes de votre projet. Votre famille, les mis, les voisins, le temps disponible, la santé, le travail, les finances et le niveau de compétences. Toutes ces données sont fondamentales. Il est important de composer avec ce contexte. Il faut absolument prendre en compte ces données si vous voulez un projet durable et efficace.

La définition de vos objectifs est également importante. Comment réussir son projet ? Qu’est ce que vous voulez faire exactement ? Qu’est ce que vous voulez cultiver ? Pour combien de personnes ? Faire de la vente ? Vous avez un régime alimentaire particulier ? Vous voulez créer un environnement pédagogique ? etc. Vous devez définir d’où vous partez et ou vous voulez aller. Il faut savoir que les réponses à ces questions influencent directement le projet, les stratégies et techniques à mettre en place et aussi les outils à utiliser. Une mauvaise définition de vos objectifs peut entrainer une source d’échec. Ce qui fait capoter la plupart des projets c’est un manque de définitions d’objectifs. Plus vous allez comprendre votre projet plus vos choix seront judicieux. Il faut mettre toutes les chances de votre côté pour le réaliser et le réussir dans les meilleures conditions (rapidité, efficacité, économies...)

 


 

Design de permaculture

design-en-permaculture

 

L’intérêt du design est de mettre en relation les éthiques, les principes et votre contexte. La méthodologie de design en permaculture permet de créer l’environnement dans lequel vous allez prélever une majorité de vos besoins tout en favorisant la nature sous toutes ses formes. Que ce soit dans les milieux urbains ou ruraux.

Le déroulement de la matéologie suit tout ce que l’on a vu précédemment. Il faut tout d’abord se fixer des objectifs pour savoir ce que l’on veut réaliser. Ensuite on va observer le lieu (ce que l’on a disposition). On va designer, analyser pour mettre tout en place. La suite logique est l’installation et pour finir le résultat que l’on obtient. Attention le design de permaculture est dynamique tout comme la nature. Votre projet sera soumis au changement climatique, du coup il faudra réévaluer vos objectifs et votre travail assez régulièrement sur votre lieu.

Vous devez vous fixer des objectifs précis. Il y a aussi une méthodologie pour se fixer des objectifs de manière correcte. On se pose des questions. Notamment aux acteurs du projet (famille, amis, voisins). Le principal but est de savoir ce que vous voulez obtenir comme résultat. Ensuite on va observer précisément votre lieu pour connaitre la succession écologique sur site, connaitre le climat, la topographie du lieu, la qualité du sol, étudier les plantes sauvages et bioindicatrice qui sont présentes chez vous, etc. Il y a vraiment un gros travail de collecte de données à réaliser lorsqu’on réalise un design en permaculture.

Ensuite on va analyser tout ça pour les mettre en rapport. On va créer des systèmes autosuffisants. On va placer les éléments afin qu’ils soient économes, efficaces dans un plan global. Une fois que l’on a fait tout ça, il faudra passer à l’action en se retroussant les manches. Une fois la planification réaliser il faut se mettre au travail de réalisation. Il faut installer les systèmes pour ensuite récolter les résultats d’ici 1 an, 2 ans. La récolte est également un gros travail en permaculture. Ce qui est sûr c’est qu’il est appréciable de récolter le fruit de cette méthodologie, de cette planification écologique qui est le design en permaculture. Vous allez profiter du bien-être et de la liberté que cela vous apporte.

 


 

Stratégies, techniques et outils

strategie-permaculture

 

Quels que soient votre contexte, votre climat, votre culture, votre religion, vous serez un permaculteur si vous partagez les éthiques et principes de permaculture. La différence en permaculture se fait surtout sur les choix de stratégies, des techniques et des outils.

Si on récapitule, le design en permaculture va être un assemblage des éthiques, des principes de permaculture qui sont universels et puis les éléments précis de votre design, vos stratégies, vos techniques et vos outils qui seront adaptés à votre projet.

La permaculture que vous allez mettre en place chez vous sera unique. Chaque contexte est unique, votre situation, votre analyse et du coup vos choix seront uniques. Vos valeurs et votre sensibilité interviendront également dans vos choix. Ces eux qui ont une influence sur la composition de votre design de permaculture.

Il va falloir connaitre vos curseurs sur chaque sujet et choix à opérer. Le temps disponible, les coûts, la rapidité d’exécution, les ressources disponibles, les facteurs limitants, vos connaissances sur le sujet, si vous avez besoin d’aide externe, les outils, votre condition physique, etc.

Du coup les stratégies, techniques et outils que vous devez utiliser doivent être adaptés à votre contexte et vos objectifs. Il ne faut pas reproduire des techniques vues sur internet ou dans un autre lieu sans réflexion ni analyse. Ce type de projet copié peut entrainer des échecs s’il n’y a pas une réflexion faite en amont. Il faut vous autonomisiez dans le choix de vos techniques et stratégies.

Les outils que vous allez utiliser seront eux aussi calés sur vos envies et besoins. Est-ce que vous avez besoin d’outils manuels, mécaniques ? Vous devez analyser votre contexte et agir selon vos envies.

 

 


Votre Premier Potager Bio en Permaculture

Votre-Premier-Potager-Bio-en-Permaculture

 

Une formation de plus de 25 vidéos en ligne pour mettre en place votre premier jardin bio : en partant de zéro, sans connaissance, sans retourner le sol, en moins de 20 minutes par semaine.

 

permarculture-formation

 

acheter