comment-faire-du-compost

Comment faire du compost

Tout comme les humains, les plantes ont besoin d'une bonne nutrition pour croître, se développer et être mieux à même de lutter contre les effets des maladies et des parasites nuisibles. Un bon sol constitue la base d'un jardin sain. Ce type de sol est rarement présent à l'état naturel, mais il peut être créé. L'un des meilleurs moyens d'améliorer la fertilité et la consistance du sol existant est de faire son propre compost.

Presque tous les sols sont déficients en nutriments, la plupart étant trop argileux, rocheux ou sableux. Cela crée un environnement peu propice à la croissance des plantes. L'enrichissement du sol avec du compost et d'autres substances riches en nutriments, comme le fumier ou les vers de terre, améliorera la structure, la texture et l'aération du sol ainsi que sa capacité à retenir l'eau. Cela contribue également à la lutte contre l'érosion, à l'équilibre du pH et au développement sain des racines.

 

Qu'est-ce que le compost ?

Dans sa forme brute, le compost est constitué de matières brunes à base de carbone, telles que les feuilles mortes et les petites branches, et de matières vertes à base d'azote, telles que les tontes de gazon, les déchets végétaux et les déchets de cuisine. Le compostage est le processus de transformation de cette matière première par décomposition avec l'aide d'insectes utiles, de vers de terre et de micro-organismes (bactéries et champignons) en une matière dense en nutriments, semblable au sol, qui est ajoutée au sol existant.

Les déchets de cuisine et de nourriture représentant jusqu'à un tiers des ordures ménagères, le compostage est un excellent moyen de réduire vos déchets, ainsi que votre empreinte carbone. Lorsque les matières organiques finissent dans les décharges, elles ne réunissent pas les conditions nécessaires à une décomposition optimale. Cela crée plutôt un gaz nocif appelé méthane. Ce gaz contribue au réchauffement de la planète et au changement climatique. Les composteurs de cuisine permettent de stocker facilement vos déchets avant de les ajouter à votre bac ou à votre tas de compost.

composteur-de-cuisine

 

 

Le processus de compostage

Le compostage peut être simplement fait en laissant les végétaux se décomposer tout seul. C’est ce que l'on appelle le compostage passif ou à froid. Cependant, cela peut prendre jusqu'à un an ou plus, avec des résultats aléatoires. Le compostage actif ou à chaud accélère la décomposition en introduisant de l'oxygène (en retournant le tas), en ajoutant de l'humidité et en fournissant le bon rapport carbone/azote. Cela permet aux micro-organismes de faire leur travail plus efficacement et augmente la température, ce qui permet d’accéléré le processus de compostage. En utilisant cette méthode, le compostage peut être accompli en seulement 1 à 3 mois.

Comme pour une bonne recette de cuisine, il est important d'avoir le bon mélange d'ingrédients. Le carbone et l'azote sont les deux éléments essentiels du compostage. Il faut un bon équilibre pour une décomposition efficace. Les micro-organismes responsables de la décomposition des matières végétales digèrent le carbone comme source d'énergie, tandis que l'azote est ingéré pour la synthèse des protéines.

Pour que le processus soit efficace, le tas de compost doit contenir plus de carbone que d'azote. Un excès de carbone peut ralentir la décomposition, tandis qu'un excès d'azote peut entraîner des odeurs désagréables. Le rapport optimal n’est pas facile à obtenir la première fois, mais après avec l’expérience vous arriverez à bien doser.

Les sources riches en carbone sont : les feuilles mortes, les branches, les aiguilles de conifères, l’écorce, la sciure, les sacs en papier brun, le papier de bureau déchiqueté, le journal, le carton, les filtres à café, la paille et la cendre de bois produite par les foyers et les poêles à bois.

Les sources riches en azote sont : les tontes d'herbe fraîchement coupées et les autres déchets verts. Il y a aussi les déchets de cuisine (fruits et légumes), le marc de café usagé, les coquilles d'œufs, les algues, le varech.

achat-composteur-de-jardin

 

 

Ce qu'il ne faut pas composter

compostage

 

Les déchets des animaux carnivores - y compris ceux des chiens et des chats - peuvent contenir des parasites et des bactéries dangereuses.

La viande, les os, le poisson et les crustacés ne doivent également pas être placer dans le composteur. Ils se décomposent trop lentement et surtout ils peuvent attirer les parasites et provoquer des odeurs désagréables.

L'huile ou la graisse de cuisine sont lentes à se décomposer et à attirer les parasites, tout en provoquant des odeurs.

Les gros morceaux de bois se décomposent trop lentement.

Le bois traité sous pression ou les traverses de chemin de fer contiennent des produits chimiques nocifs.

Les matières végétales telles que les tontes de gazon qui ont été traitées avec des pesticides ou des engrais chimiques ne doivent pas être placer dans un bac à compost. Il est important de produire un compost organique et sain. L’exposition à des produits chimiques peut être dangereux pour votre santé.

Il faut éviter les graines de plantes envahissantes, ainsi que les graines de mauvaises herbes, qui peuvent germer si le compost ne chauffe pas suffisamment pendant un certain temps. Il faut 30 jours à 60 C° pour tuer la plupart des graines de mauvaises herbes.

Ne placez pas de végétaux malades dans le bac à compost, car les agents pathogènes peuvent rester vivants dans le compost fini et se propager aux plantes saines du jardin.

 

Les types de composteurs

Bacs à compost: Les bacs à compost sont vendus en ligne et aussi dans certaines pépinières et jardineries. Ces conteneurs, qui sont généralement en bois, en métal ou en plastique, sont conçus pour laisser entrer l'air et l'eau tout en empêchant les parasites d'entrer. Certains sont statiques et le compost doit être retourné à la main. Après il existe des composteurs rotatifs qui permettent de retrouver le compost à l’aide d’un mécanisme. Par contre ils sont de petites tailles. Du coup ils conviennent plus aux petites cours urbaines et aux appartements dotés d'une terrasse ou d'un balcon.

Bac fait main: Vous pouvez également fabriquer un bac à compost par vous-même. Vous pouvez utiliser une poubelle, un récipient en plastique ou des palettes. Faites preuve de créativité et inventez votre propre composteur. Vous trouverez des tutoriels sur internet.

Multi tas: Si vous disposez d'une grande cour ou d'une grande superficie et que vous prévoyez de faire beaucoup de compost, vous pouvez faire un tas ou construire un système plus élaboré. Celui-ci peut être constitué d'un ou plusieurs tas ou bacs à composter. Un système à trois bacs permet une production continue, car le compost à différents stades de décomposition est transféré d'un bac à l'autre. Le premier bac est destiné aux matières végétales fraîches, le deuxième au compost en cours de décomposition et le troisième au compost en phase finale qui sera ajouté au jardin.

 

Comment faire du compost

comment-faire-son-compost

 

Pour commencer, couper et déchiqueter les matières végétales en petits morceaux. Cela permet aux micro-organismes de s’attaquer plus facilement aux déchets.

Faites des couches : Déposez d'abord plusieurs cm de brindilles ou de paille pour assurer un bon drainage et une bonne aération. Alternez couches de matières brunes (carbone) et vertes (azote) les unes sur les autres - un peu comme un plat de lasagne - afin que les matières soient uniformément réparties et facilement accessibles aux microorganismes. Terminez avec une couche supérieure de matière brune pour aider à réduire les odeurs indésirables. Remplissez tout le bac à compost.

Des éléments peuvent activer plus rapidement le processus de décomposition. Pr exemple, le fumier, les feuilles de consoude, les tontes de gazon et les mauvaises herbes fraîches (sans graines). Il y également des activateurs de compost qui sont vendus en ligne.

Ajoutez de l'humidité : Arrosez le tas juste assez pour l'humidifier, puis répétez de temps en temps l’humidification si le temps est sec. Attention trop d'eau peut rendre le tas détrempé et refroidir l’ensemble, ce qui ralentit la décomposition. Il faut également savoir qu’une quantité insuffisante d'eau peut ralentir ou arrêter complètement la décomposition. Pour vérifier le taux d'humidité, prenez une poignée de compost et pressez-la. Si de l'eau s'écoule, le tas est trop humide. S'il n'y a pas de gouttelettes, le tas est trop sec. Quelques gouttelettes, une fois pressées, indiquent que le taux d'humidité est à peu près correct.

Couvrez le tas : Posez des bâches, des feuilles de plastique ou du bois pour retenir la chaleur et l'humidité.

Aérez : Retournez le compost toutes les 1 à 3 semaines à l'aide d'une fourche. C'est également le moment d'ajouter de l'eau si nécessaire pour que toutes les parties du tas restent humides.

Neutralisez les odeurs : Ajoutez de la chaux ou du calcium si nécessaire pour dissuader les mouches et neutraliser les odeurs. Si le compost dégage une odeur d'ammoniac, ajoutez des matières riches en carbone comme des feuilles séchées ou de la paille.

Surveillez la température : La température interne du tas peut être contrôlée à l'aide d'un thermomètre à compost.

 

Comment utiliser le compost

Pour les parterres de fleurs : Amender le sol avant la plantation. Ajoutez une couche de compost de 5 à 7 cm d'épaisseur sur le sol. Vous pouvez ajouter du compost sur le sol en automne ou au début du printemps.

En plus de nourrir les plantes, la couche de compost supprime les mauvaises herbes et retient l'humidité

Un kit d'analyse des sols permet de déterminer le pH et les niveaux de nutriments. Vous obtenez ainsi les informations dont vous avez besoin pour corriger les éventuelles carences. Répétez les analyses tous les 1 à 3 ans.

Gardez l'équilibre du pH sous contrôle : Le pH du sol, qui fait référence à l'acidité ou à l'alcalinité, affecte la capacité d'une plante à absorber les nutriments du sol par ses racines. Certaines plantes, telles que les rhododendrons et les azalées, préfèrent un sol acide, tandis que de nombreux légumes préfèrent un sol légèrement alcalin. D'autres plantes préfèrent un pH neutre. Les régions qui reçoivent plus de précipitations ont tendance à avoir un sol légèrement acide, alors que les climats secs ont tendance à être alcalins. Ajustez le pH du sol en ajoutant de la chaux pour augmenter l'alcalinité, ou du soufre pour augmenter l'acidité.

Compostage par les vers : Une autre méthode de production de matière organique pour votre jardin est le lombricompostage. L'élevage de vers rouges dans un bac fermé produit des déchets qui comptent parmi les matières les plus riches en nutriments disponibles dans la nature. Le procédé est simple : ajouter les déchets de cuisine et les vers dans un bacs. Les vers vont se frayer un chemin à travers la matière, produisant ainsi des déchets. Ces déchets peuvent ensuite être ajoutés à votre jardin. Les vers et les poubelles peuvent être achetés en ligne.

 

 

manomano-bingo-days